Orwell: Dans la peau d’une balance

Orwell - Jeu - Osmotic Studios - Papotarium Blog - logo

Big Brother à l’ère du numérique

Je ne sais plus exactement comment j’ai entendu parler de ce projet. Certainement via la chaîne YouTube d’At0mium, un chroniqueur bien connu du public gamer français, grâce à qui par ailleurs, j’ai acquis mon goût pour le jeu indépendant.

Je ne sais plus non plus quand c’était exactement, il y a quelques semaines? Mois?

Toujours est-il que je me souviens des choses suivantes: j’ai vu un court trailer vidéo, pendant lequel il nous était expliqué le postulat du machin en question. Dans Orwell, un jeu tout en menus et en interfaces, le joueur est propulsé dans une réalité alternative (quoique fort peu éloignée du présent que nous connaissons) en tant que membre d’une sorte d’organisation de surveillance via Internet, le tout à la solde du gouvernement. Dans cette vidéo, j’avais notamment été marquée par le réalisme de l’ensemble: profils de réseaux sociaux, conversations par SMS… EN GROS, DANS CE JEU, TU INCARNES EN QUELQUE SORTE UN PETIT BRAS DE BIG BROTHER.

divider

Orwell - Jeu - Osmotic Studios - Papotarium Blog
Toi j’te flique, toi j’te flique, toi j’te flique aussi, JE FLIQUE TOUT LE MONDE POSEY OKLM.

Petit aparté nécessaire: Il faut savoir que 1984 (de George Orwell, donc, d’où le nom du jeu, parce que les gens de chez Osmotic Studios sont fort astucieux) est un de mes livres cultes, peut-être le livre qui m’a le plus marquée, retourné le cerveau, d’autant plus qu’il aborde des thématiques (que l’on retrouvera donc dans ce jeu) qui me tiennent à cœur.

Alors, comme je le fais pourtant très rarement, j’avais décidé immédiatement de m’inscrire à la newsletter. Histoire d’être au courant dès que les choses bougeraient pour ce projet.

Il y a quelques jours, j’ai donc reçu un mail de l’équipe d’Orwell. J’avais, genre, totalement oublié ce truc. Là, je me suis clairement félicitée d’avoir souscrit à leur newsletter. Le contenu de ce message laissait deviner qu’il fallait s’attendre à du nouveau sous peu. Et ce matin; bingo! La démo est disponible. COMMENT VOUS DIRE QUE J’AI LITTÉRALEMENT SAUTÉ DESSUS, LES AMIS. (Enfin non. Pas ~littéralement~. Avec mon poids, j’aurais aplati l’ordi. M’enfin on se comprend, hein. Bref.) Voici donc mon petit retour à chaud sur cette démo!

Premières impressions
Orwell - Jeu - Osmotic Studios - Papotarium Blog
Je n’ose pas vous montrer trop de screenshots du jeu en lui-même, tant chaque ligne peut éventuellement être un spoiler si vous voulez tenter l’expérience!

divider

ALORS DES LE DÉPART, même pas j’avais vraiment commencé le jeu, que déjà ce dernier me foutait le nez dans la merde. La première étape, dans Orwell, c’est la création de notre profil. Jusque là rien de bien anormal, me direz-vous. Certes. Sauf que voilà, une fois l’avatar choisi, on nous balance devant un écran du type « Est-ce que tu comprends bien que tu vas poucave des gens pour le compte de l’État, et qu’en gros, leur vie est entre tes mains? Oui? Alors OK tu peux continuer. »
Bien évidemment, on sait que c’est fictif, mais l’ambiance sonore te fout la pression, le ton super administratif rendant ça froid et réaliste te fout AUSSI la pression; c’est fait de telle manière que j’ai eu la sensation hyper étrange de ne plus voir clairement la limite entre réalité et fiction. Un ressenti difficilement explicable, et qui m’est peut-être propre, mais il n’en reste pas moins que dès les premiers écrans c’est PAF dans ta gueule quoi.

Après ces premières formalités, on entre dans le vif du sujet, accompagné par notre brave supérieur hiérarchique dont j’ai zappé le nom et que nous appellerons par conséquent Jean-Eudes. Ce dernier communique avec nous via l’interface, et nous charge donc d’enquêter sur une personne précise, tout en nous montrant comment faire. Ici, c’est pour espionner les conversations par SMS, là c’est pour consulter les sites et profils perso… Et quand on trouve une info intéressante, à nous d’envoyer ou non ces infos à la base de données du programme de surveillance, ce qui nous gratifiera de petites mises à jour sur l’avancement de l’enquête de la part de Jean-Eudes, qui à son tour vous mettra sur de nouvelles pistes. A vous de savoir si vous préférez plutôt révéler ceci, cacher cela…

Orwell - Jeu - Osmotic Studios - Papotarium Blog
On pourra par exemple se renseigner sur toutes les relations de notre suspect.

Et avant de dire quoi que ce soit d’autre, permettez-moi de déclarer ceci: PUTAIN, C’EST TENDU. Vous êtes libres, comme je l’ai dit, de cacher ou de révéler certaines choses, mais c’est bien là le souci: l’êtes-vous vraiment? Comprenez-vous vraiment ce qu’impliqueront vos décisions? La personne sur laquelle vous enquêtez vient de poster quelque chose d’assez…Politiquement incorrect, sur sa Timeline. Une publication d’ordre privé, réservée à son cercle d’amis, comme on en voit des tas nous-mêmes sur Facebook… Est-ce qu’il faut signaler la chose? Ou faut-il passer ça sous silence? Quelles seront les répercussions sur l’auteure? Des décisions comme celle-là, Orwell en est rempli. Le fait qu’en tant que « voyeur », vous connaissiez très rapidement toute la vie, même personnelle, de votre cible, ne fait que vous rendre la tâche plus ardue: une sorte de proximité s’est établie, vous avez l’impression de connaître cet individu personnellement, ce n’est pas juste un nom sur un dossier…

divider

Quelques considérations d’ordre plus pragmatique

Je vais tenter de m’extraire un peu de ce sentiment d’immersion que m’a procuré cette démo pour vous causer de deux-trois autres trucs en vrac. D’abord, l’aspect esthétique du jeu. Vous pouvez le voir, à part les éléments d’interface qui font très, ben….Interface (et c’est ce qu’on leur demande: froid, administratif…), le style visuel du bordel est très géométrique, les séquences animées sont rendues en low-poly, et les diverses images fixes bénéficient également de ce traitement très connoté hipster-triangles. Le tout n’est pas pour me déplaire, et puis ce rendu très tendance dans le jeu vidéo actuel ne peut que mieux faire comprendre au joueur l’aspect contemporain et proche de la réalité de la narration.

Orwell - Jeu - Osmotic Studios - Papotarium Blog
Même ton selfie-dossier n’est pas à l’abri, personne suspecte!

Je dis narration, et ce n’est pas par hasard: on est clairement ici face à un jeu narratif, une histoire interactive, appelez-ça comme vous voudrez; le fait reste le même: c’est un jeu à choix et à interfaces,  si vous voulez un jeu à gameplay et à skills, c’est pas forcément par là qu’il va falloir venir chercher. Ceci dit, au moins, la prise en main du soft est absolument instantanée.

La sortie du jeu se déroulera en cinq épisodes, à raison d’un par semaine, à partir du 27 Octobre. Il est déjà disponible à la précommande sur Steam, pour un prix de 8€ et des brouettes, qui montera à 10€ lors de la sortie officielle. Bon, j’avoue ne pas comprendre ce choix de sortie épisodique, mais bon, je suis pas spécialiste en marketing, hein. On notera cependant que le jeu n’est pour l’instant qu’en Anglais, et qu’il y a beaucoup, beaucoup de texte. C’est donc à réserver aux anglophones les plus aguerris!

Personnellement, j’ai très très envie d’aller plus loin avec ce jeu, et de pousser l’aventure jusqu’au bout. Il est donc loin d’être impossible que je craque, parce que cette démo a vraiment fait son travail, j’ai été happée, les mécaniques fonctionnent bien et surtout le scénario m’a vraiment, vraiment l’air prometteur.

Et voilà les amis, c’est tout pour ce petit article totalement imprévu. J’espère vous avoir donné envie de tenter l’expérience, n’hésitez pas à me faire parvenir vos retours en commentaire!

Bon week-end à tous, bien cordialement, BISOUS ❤

Publicités