Comment bien retoucher ses photos sur smartphone et tablette?

Panneau titre comment retoucher photos smartphone

Coucou les gens! Pour ce premier article de l’année, je me suis décidée (enfin) à vous concocter ce petit topo que je vous promettais sur la retouche version mobile. Il vous est sûrement déjà arrivé de prendre une jolie photo avec votre smartphone et de vous dire tiens, elle est pas mal celle-là, mais il lui manque quelque chose? Ou encore d’être un peu paumé(e)s au moment d’apporter des corrections à votre image avant de la publier sur Instagram? Voire même, ne pas trop savoir comment vous y prendre, avoir l’impression d’en faire trop ou pas assez? Je vais tenter ici de vous offrir quelques pistes qui pourront vous aider. C’est parti!

divider

1- La bonne photo

La première chose importante à savoir peut paraître vachement con-con comme ça, pourtant c’est le point de départ indispensable (j’insiste). Une photo de reflex au format RAW, si elle est un poil sous-exposée, c’est rattrapable. Un fichier JPEG de smartphone, beaucoup moins. Il n’y aura pas de miracle possible! La bonne retouche commence par une bonne photo. Veillez donc à ce que votre image soit correctement exposée (en gros, qu’elle soit ni trop claire, ni trop sombre, même s’il existe des exceptions. Un clair-obscur sera forcément ultra-sombre. On se comprend). Bien évidemment, faites attention à ce que la photo soit nette, et bien cadrée. Le recadrage est votre ennemi! Rogner quelques pixels ou redresser la photo d’un ou deux degrés, ça passe, mais pas au-delà. La retouche sert à améliorer une photo réussie et non à « sauver » une photo ratée!

Ah, et petite chose: OUI, je sais que le bout du pied de la poupée est coupé. Mea culpa, en plus j’en ai d’autres où il ne l’est pas. Je m’en suis rendu compte trop tard et j’ai la flemme de refaire toutes les captures, donc comme c’est pas super important, vous vous en contenterez 😀 C’est pédagogique, voilà. Pour vous montrer ce qu’il ne faut pas faire.

divider

2- La bonne appli

img_0718

Un autre truc qu’il faut éviter, c’est de passer votre fichier à la moulinette de trouzemille applis de retouche différentes à la suite. Je vous l’avais déjà dit ici, il faut être délicat avec son petit fichier. Imaginez, genre, que c’est une chemise en soie de licorne ultra-rare à 10 000€ lavable uniquement à la main avec un savon à base de larmes d’elfes des bois. Eh ben c’est comme si vous passiez cette chemise à la machine à laver, à 90°c, avec de la lessive de merde, sans adoucissant. 10 fois de suite. Votre truc, il est ruiné. C’est pareil pour votre image si vous faites une retouche ici, une là, enfin bref, je vous reparle pas de tout ça, je me suis déjà étendue dessus dans l’article que je vous ai mis en lien.
Pour éviter ça, il vous faut trouver l’appli qui vous convient le mieux. Il peut y en avoir plusieurs, je vous montre ici celles que j’utilise le plus. J’en choisis une selon la retouche que j’ai à faire et je m’y tiens. Une photo=une appli de retouche, pas plus. Je vous ferai une petite sélection plus tard! En l’occurrence je vais utiliser Snapseed, que je vous conseille. Mais vous pourrez reproduire ces astuces avec l’appli de votre choix!

divider

3- Les bons ajustements

Alors ici, c’est pareil: le maître mot est délicatesse. Si vous regardez l’image ci-contre, vous aurez peut-être l’impression que rien n’a changé dans l’image, à part le menu affiché. Pourtant, j’ai déjà effectué une foule d’ajustements, comme en atteste justement ce même menu. Le but, ce n’est pas forcément d’avoir un avant/après phénoménalement spectaculaire: encore une fois on parle d’améliorer, de façon subtile, pas de faire un relookage total! En revanche, je vous encourage à faire mumuse avec les réglages pour mieux les comprendre: un bon exercice, c’est de toucher à chaque paramètre, de le pousser au maximum et au minimum, pour bien se rendre compte de ce que ça fait à votre image, sans valider la retouche. Ensuite, trouvez un dosage raisonnable et passez au réglage suivant! Un grand nombre d’applis propose une fonction de « comparaison » (ici, c’est le petit rectangle en haut à droite): en un appui, vous pouvez voir l’avant et l’après retouche. Vous vous rendrez compte que les changements que vous pensiez invisibles sont pourtant bel et bien présents! Le changement le plus visible ici a été de baisser la « température » de l’image (« chaleur », ici): si vous faites bien attention, l’image a maintenant un ton légèrement plus froid (plus « bleu », en quelque sorte). Faites surtout attention à ne pas faire les foufous avec le contraste, et si possible, ne touchez pas à la saturation. Les JPEG produits par les smartphones et autres appareils mobiles sont déjà très saturés et contrastés (c’est grâce à ça, en partie, qu’on arrive à vous les vendre: le fait qu’ils fassent de « belles photos » à votre œil vient en grande partie de ce phénomène de sur-saturation et de poussée des contrastes, produisant des images bien percutantes mais pas forcément subtiles. Quand vous passez au reflex, surtout en RAW, ça vous fait un choc de voir à quel point une photo vraiment pas retouchée est terne en comparaison!). Vous remarquerez d’ailleurs que j’ai un peu diminué ces deux paramètres!

Papotarium comment retoucher ses photos sur smartphone structure
Structure (ou clarté, selon les logiciels): -100 vs. +100. D’un côté ou de l’autre, c’est laid. Ne faites pas ça.

Ensuite, vous avez ces options qui vous promettent monts et merveilles et qui, si vous ne faites pas gaffe, vont produire un résultat agréable sur un petit écran, en regardant pas trop près, mais ruinent en vérité totalement la qualité de votre image: regardez juste au-dessus, en voici un exemple. L’option « structure » augmente les micro-contrastes de l’image, un peu comme l’option « netteté » mais de façon moins fine. C’est un peu, en quelque sorte, à mi-chemin entre le paramètre de contraste et celui de netteté. Sur le coup, l’effet est tellement spectaculaire qu’on est tenté d’en faire des caisses. Retenez-vous! La parcimonie est votre plus grande alliée, d’autant plus que toutes les images ne gagnent pas à être plus contrastées. Cela durcit énormément l’image. Sur une photo de paysage, c’est déjà largement mieux que sur un portrait. Essayez de pousser la structure/clarté au max sur un portrait, vous verrez. De même pour la netteté. Vous pouvez en rajouter un brin, mais vraiment léger. Si votre photo n’est pas nette de base, ça ne la rendra pas moins floue en un coup de baguette magique, juste floue et dégueulasse en prime! Si vous avez une option de réduction de bruit, même principe. Un peu trop et vous vous retrouvez avec une image toute baveuse. Et ça, c’est nope.
Quant aux effets de flou radial et de tilt-shift: Non. Juste non. De rien.

divider

4- La question des filtres

Voici un petit avant-après à ce stade. Je vous l’accorde, peu de choses changent. Il devrait en être de même pour vous, à ce stade. On a bidouillé deux-trois trucs pour rendre la photo plus à notre goût, bref, c’est pas fifou. C’est là que viennent les filtres. Alors voilà, mettre un filtre sur sa photo, c’est ultra-critiqué, ultra-mal vu, ce que vous voulez, mais je vais vous dire: 1- on emmerde les gens et ce qu’ils pensent, et 2- quand on veut ajouter une touche perso un peu spéciale à son image, bah sur mobile, c’est un peu la solution. On est pas sur Lightroom ou Photoshop, (où il existe aussi des filtres, mais qui s’appellent « presets », « virage partiel », « courbe de transfert de dégradé »  et autres « actions », du coup ça fait tout de suite plus pro et on peut s’en servir tout en crachant sur celles et ceux qui se servent de filtres sur leurs applis… no comment, hein, mais j’en pense pas moins…)

Bref, si vous en avez envie, l’usage de filtre doit être totalement décomplexé, d’autant que la majorité des applis permet à présent de les doser, histoire d’estomper un peu l’effet si vous le trouvez trop criard. Vous pouvez réfléchir à l’ambiance que vous souhaitez transmettre dans votre image, et trouver un filtre correspondant en vous aidant du langage des couleurs, par exemple. Eh oui, les couleurs véhiculent des émotions!

Par exemple, là, sur la première photo: trop de filtre tue le filtre. Et la photo. Et nos yeux. Et le bon goût. Ça fait beaucoup de morts, quand même.A droite, un filtre plus raisonnable, estompé. Il adoucit les contrastes et apporte une teinte bleutée à l’image, pour accentuer le côté « rêveur ».

Si on met la photo d’origine et la version finale côte à côte, ça donne ça:

C’est léger, mais ça se voit! On voit qu’il y a eu du travail et que la photo n’est pas brute de décoffrage, il y a une petite empreinte personnelle. Entre nous, petite confidence: je préfèrerai toujours voir une photo retouchée un peu maladroitement, un peu excessivement, qu’une photo pas retouchée du tout. Parce que derrière, il y aura eu un travail, un effort de personnalisation et la volonté d’y mettre sa marque. C’est très ludique à faire, ça ne coûte rien, et les possibilités sont infinies! Comme vous le voyez, cela n’a pas besoin de sauter aux yeux et d’être spectaculaire pour avoir son petit effet. Vous avez le droit aussi de préférer la version non retouchée, plus neutre, mais en vérité, je ne l’aurais jamais montrée telle quelle si cela n’avait pas été pour les besoins de mon article. La retouche est un moyen de m’approprier mon cliché!

divider

5- Et après?

Une fois que vous avez suivi ces étapes, il se peut que certains points vous semblent encore à améliorer: le filtre a rendu votre photo trop sombre, vous avez changé d’avis sur vos réglages… C’est le moment de passer ça en revue! N’oubliez pas d’user et d’abuser de la fonction avant/après pour vous rendre compte de l’intensité de vos retouches. Si votre travail ne vous convient pas, vous pouvez affiner vos modifications! Il est important de faire cette dernière petite vérification avant d’avoir sauvegardé votre fichier. Prenez donc bien le temps de peser le pour et le contre, de voir ce qui pourrait éventuellement poser problème ou d’ajouter une dernière petite touche perso à votre image. Après l’enregistrement, on ne modifie plus le fichier créé! Si vous avez enregistré votre photo et que ça ne vous plaît pas, refaites votre retouche sur la photo originale. Et votre photo, une fois retouchée et enregistrée, vous éviterez à tout prix de la remodifier avec une autre appli. Vous la mettrez en ligne sur vos réseaux favoris si vous voulez, mais hors de question d’y rajouter des choses, sous peine de subir une perte de qualité d’image.

N’hésitez pas à vous entraîner à l’exercice de la retouche sur d’anciennes photos, à tester un peu tout, à regarder les nouvelles applis qui sortent, c’est en pratiquant qu’on s’améliore 🙂

divider

Voilà voilà, c’en est à présent terminé de mes petits conseils retouche. Comme vous avez pu le voir, si votre photo de base n’est pas bonne (mise au point, exposition), la retouche n’est pas une solution miracle! Ce n’est pas une roue de secours en cas de photo ratée, mais davantage un moyen de peaufiner votre image, d’y apporter une touche personnelle. Cet article est plutôt vague et généraliste, car je l’ai voulu adapté à n’importe quelle appli de retouche photo, ce n’est donc pas ici que vous apprendrez à naviguer dans les menus ou à savoir comment trouver tel réglage dans les menus: pour cela, il faut mettre la main à la pâte et essayer! Prendre du temps à découvrir l’application qui vous servira est très important pour y être à l’aise. Je vous ferai bientôt une petite sélection un peu plus en détail des applications sympa pour la retouche. Si jamais vous avez des suggestions, d’ailleurs, n’hésitez pas: les commentaires sont faits pour ça!

D’ici là, je vous souhaite de bien vous amuser à bidouiller vos images!

Bien Cordialement, BISOUS ❤

Comment prendre de meilleures photos avec ton smartphone en 5 étapes

Papotarium - prendre de belles photos avec son smartphone

Bonjour tout le monde! Je vous vois venir d’ici: encore de la photo?

Encore de la photo!
Voyez-vous, suite à un commentaire de Saba, du blog Maison des Découvertes, j’ai eu l’idée de cet article, je me suis dit que ça vous aiderait pas mal en attendant que je termine ce fichu bouquin pour le chroniquer.

Il se trouve que de nos jours, si on ne possède pas tou(te)s un appareil photo, il y a en revanche de grandes chances qu’on ait un téléphone capable d’en faire. On me souffle même que certain(e)s d’entre vous passant par ici s’en servent pour illustrer leurs blogs.

A priori, aucun souci à ça, pas vrai? Sauf que voilà, comme on le sait tou(te)s, nos amis (ou pas?) les smartphones, même les plus top moumoute du marché, galèrent parfois un peu à nous délivrer les clichés qu’on attendrait d’eux. Pourtant, qui d’entre vous n’a jamais vu des images absolument ouf sur Instagram ou ailleurs, prises avec un téléphone? Vous ne vous êtes jamais demandé par quelle sorcellerie ces gens arrivaient à de tels résultats? Vous aussi, vous voulez avoir la classe avec vos photos mobiles? C’est par ici que ça se passe!

Installe-toi donc confortablement, lecteur/trice avec ton smartphone pour tout appareil photo, on se tutoie maintenant, si ça te gêne pas ; et je vais te filer quelques petits conseils qui devraient t’être précieux!

divider

1 – Tu fais attention à l’éclairage

Le principal souci, avec ces petites bêtes, c’est la captation de la lumière. Tu as déjà dû vouloir prendre une photo chez toi, tard le soir, à la lueur de ton lampadaire Ikea. Admettons par exemple que tu voulais partager ta dernière lecture sur Snap ou Insta. Bon. En tout cas, perso, ça m’est arrivé. Il est fort possible qu’au mieux, tu parviennes à ça:

Papotarium - blog culturel - 5 astuces photo smartphone - Belgravia
Avec un vrai bout de chaussette de moi dedans. #glam

Alors bon, c’est pas la pire, mais dis-toi que je l’ai déjà vachement retouchée pour en arriver à ça. En gros, pêle-mêle, les soucis qui se posent à toi sont:

  • c’est flou
  • c’est tout granuleux/baveux
  • c’est jaunasse
  • c’est SOMBRE

Le délire, c’est que sur un smartphone, sans trop rentrer dans les détails, le capteur de l’appareil photo (en gros, c’est là où va s’imprimer l’image) est tout petit. Plus ces machins sont petits, plus c’est la merde moins ils assumeront les conditions extrêmes. En gros, tu as moins de marge de manœuvre que sur un appareil standard. Ça capte moins la lumière par exemple. Du coup, ton téléphone va tenter de compenser en augmentant le temps de pose (et du coup tu vas avoir du flou), va galérer à faire la mise au point (re-du flou), va augmenter la sensibilité ISO du capteur de façon indécente (vlan du grain dans ta face), tenter de se débarrasser lui-même du grain dans ta face en appliquant un post-traitement hasardeux (rendant ta photo baveuse), galèrera avec la balance des blancs (c’est ce qui rendra ta photo toute jaune) et par-dessus le marché, la photo sera QUAND MÊME SOMBRE ET MOCHE. (Parce que clairement ton téléphone t’en veut. Achète-lui une nouvelle housse, peut-être qu’il te pardonnera).

La solution? Bah y’en a deux, et pour le coup c’est vachement simple.

  • Soit tu attends qu’il fasse jour et tu prends tes photos près d’une fenêtre (le plus près possible, quitte à déplacer temporairement une table ou autre truc pouvant faire office de support où poser le sujet de ta photo)
  • Soit tu investis (très raisonnablement) dans un éclairage, genre une ou deux lampes de bureau premier prix avec ampoules « lumière du jour », comme ça tu éclaires bien tes sujets.

Par exemple, j’ai pris deux photos:

Papotarium - prendre de belles photos avec son smartphone
Featuring: mon joli carnet de notes où j’écris mes idées d’articles.

J’utilise mon iPod Touch 6, dont l’appareil photo équivaut à peu près à celui d’un iPhone 5s (dites-moi si je me trompe!), mon téléphone lui-même étant bien trop vieux pour ces simagrées.

Sur cette photo, tu vois toute la différence que peut faire un placement près de la fenêtre. La photo de gauche a été prise au milieu de la pièce. On voit qu’elle est sombre et un peu floue. Celle de droite est clairement mieux, non?

divider

2- Tu fais bien bien connaissance avec ton matériel

Tu lui proposes d’aller boire un verre, tu lui poses des questions sur sa vie…
Ok, je suis pas drôle. BREF PASSONS VOUS VOULEZ BIEN?

Alors certes, c’est un téléphone, et en général on ne pense pas forcément que, comme sur un appareil, il y aura éventuellement des choses que l’on pourra régler et modifier. Pourtant, rien que ça, ça peut changer les choses! Cela vaut vraiment le coup de te poser, et soit de rechercher sur internet des informations/instructions sur le mode photo de ton téléphone, soit de te la jouer #YOLO et de bidouiller toi-même les options qui se présentent, pour voir ce que ça fait.

Papotarium - prendre de belles photos avec son smartphone - iphone vs android

Tu vois tous ces petits pictogrammes autour de l’image que tu veux capturer? Eh bien si tu ne sais pas ce qu’ils font, essaie-les tous! Familiarise-toi, joue avec tous les paramètres, choisis un sujet, prends-le en photo avec un réglage différent à chaque fois et compare les résultats! C’est un peu l’étape de base, certains auront peut-être déjà fait tout ça, mais si ce n’est pas ton cas, vas-y. J’ai souhaité en parler, parce que mine de rien, on n’y pense pas forcément, mais il y a plein de petites choses rien que dans ces paramètres qui peuvent vachement aider. (soit dit en passant, faites coucou à Kenny, mon chat très heureux de ce potentiel accès à la notoriété)

divider

3 – Tu pars à la recherche d’applis photo

Papotarium - prendre de belles photos avec son smartphone - google play store

Ça peut paraitre évident comme ça, et pourtant: l’appli photo de base de ton smartphone n’est pas la seule à pouvoir faire le job! Plus ~incroyable~ encore, il se peut que ce ne soit pas la meilleure! L’app photo des appareils Apple est particulièrement limitée du point de vue des réglages, par exemple, et ça peut s’avérer frustrant. Quel que soit le type de ton terminal (Android, iOS, Windows Phone), se balader sur le store est forcément une bonne idée. Je ne parle pas ici des applis de retouche, mais bien de celles qui servent à prendre des photos.
Il y a deux types d’appli de ce style:

  • Celles qui proposent une ergonomie type reflex, où tu pourras régler manuellement plein de paramètres (avec toujours les limitations techniques de ton téléphone, hein, bien sûr), notamment le temps d’exposition, la balance des blancs… Je ne vais pas faire de liste exhaustive, sachant que je n’utilise pas mes appareils mobiles pour prendre des photos pour mon blog, mais à l’époque j’utilisais Camera FV-5 sur Android. Une petite recherche avec les mots-clés « manual camera » devrait vous fournir de bons résultats.
  • Celles qui supplantent l’appli appareil photo sans forcément permettre des réglages en profondeur, mais apportent quand même quelques réglages sympa et aident grandement à améliorer vos images. Encore une fois, il faut fureter, mais il existe une application que je recommande énormément: Microsoft Pix. C’est un appareil photo « intelligent » qui va te mâcher une partie du travail: à chaque fois que tu prends une photo, il va en réalité en prendre plusieurs, et va te délivrer la meilleure, soit en choisissant celle qu’il estime la plus réussie (mais si tu doutes, tu as ton mot à dire) soit en combiner plusieurs pour t’offrir un résultat plus propre (notamment en conditions un peu sombres). Il n’existe pas encore de version Android de cette app, du coup voilà une liste d’alternatives potentielles. Et sinon, allez vous plaindre chez Microsoft et leur réclamer un portage Android! :p

divider

4 – Tu te prends pour un photographe professionnel

Papotarium - prendre de belles photos avec son smartphone - studio
Nan mais sans en arriver là non plus, tkt

Tu vois, l’objet que tu veux prendre en photo? Bah tu lui factures la séance. Parce que t’es PRO à partir de maintenant. Non mais sans déconner, c’est promis, j’arrête les tentatives d’humour foireuses (Hahaha AUCUNE CHANCE).
Plus sérieusement, voilà ce que je veux dire: il faut te mettre dans l’idée que tu offres un shooting complet à ce que tu souhaites photographier, même si c’est un pauvre tube de rouge à lèvres qui n’appréciera même pas qu’on lui porte autant d’attention. Tu crées un petit décor, tu fais attention à la composition de l’image, tu n’hésites pas à prendre des photos de plein d’angles différents, à ajouter des accessoires pour rendre le tout moins vide, tu mets l’objet en scène… Tu peux t’inspirer des conseils que je t’ai déjà donnés ici, et qui sont tout aussi valables pour la photo avec un smartphone qu’avec un appareil photo « standard ».

L’important, c’est d’y accorder du temps et de faire fonctionner ta créativité!

divider

5 – Tu traites tes photos avec délicatesse

Papotarium - prendre de belles photos avec son smartphone - retouche
Ici c’est sur iPad, par commodité

 Un fichier tel qu’une photo de smartphone, ça se chouchoute, ça se bichonne, c’est fragile. Leur résolution n’est pas très grande (d’ailleurs, checkez vos paramètres pour vous assurer que vous prenez vos photos avec la résolution maximum), il faut donc éviter le recadrage impérativement, en préférant faire attention à ce que la photo soit bien droite et bien cadrée dès le départ! Et surtout… Il faut retoucher intelligemment! Il existe pour ça un grand nombre d’applis excellentes (dont il est possible que je fasse un jour une petite liste), telles que Snapseed (iOSAndroid), VSCO (iOSAndroid), Pixlr (iOSAndroid)…

Le truc important à se mettre dans la tête c’est qu’à chaque enregistrement, ta photo subira une perte de qualité. Donc plus tu vas utiliser appli après appli pour retoucher la même photo, (par exemple parce que Appli 1 a un filtre que tu adores, mais pas d’option « netteté », une option qu’a Appli 2, après quoi tu passes à Appli 3 pour ajouter un cadre et ainsi de suite…) plus ce sera beurk. Je te conseille donc d’utiliser une seule appli par photo, quitte à faire des concessions ou à chercher un peu plus longtemps l’appli qui aura toutes les fonctionnalités que tu souhaites. Tu peux avoir un tas d’applis différentes, ça c’est sans souci, mais évite de passer une seule photo à la moulinette de chacune d’entre elles 🙂

Pour les retouches elles-mêmes, même principe: modération. Si tu ne veux pas que cela ressemble à de la bouillie de pixels, retouche intelligemment: un peu de luminosité, une petite correction de contraste, une MICRO dose de netteté (il faut VRAIMENT ne pas en abuser), y aller mollo sur la réduction de bruit… Bref, tu fais ta petite sauce, mais vas-y mollo. Idem pour les filtres. Tu en choisis UN par photo, dans l’idéal l’application proposera de l’estomper un peu: sers-toi de cette option!

Papotarium - prendre de belles photos avec son smartphone
Voici le résultat final, retouché avec Snapseed.

divider

Et voilà, maintenant, en théorie, t’es reboosté(e) et t’as plein de nouvelles idées et pistes à explorer sur la route de la photo avec ton smartphone! De nos jours, les téléphones produisent des résultats tout à fait corrects et exploitables pour qui sait s’en servir astucieusement. C’est désormais ton cas! Si jamais tu as d’autres astuces que tu aimerais partager avec les lecteurs (et avec moi 😀 ) n’hésite pas à en parler dans les commentaires!

Je te souhaite une collaboration photographique longue et fructueuse avec ton téléphone, et en attendant la suite, c’est avec bienveillance et allégresse (non, j’en fais *jamais* trop) que je te dis:

Bien Cordialement, BISOUS ❤

divider

10 astuces photo faciles pour bien illustrer vos chroniques de blog

Quand on tient un blog, en général, on aime bien parsemer nos textes de quelques images.
Surtout quand, comme moi, on en écrit des tartines. Un article illustré, c’est plus éloquent et plus agréable à consulter. Cela devient même un besoin lorsque vous tenez un blog de tests, de chroniques, de reviews…
Bien évidemment, on peut facilement s’en sortir en cherchant des images sur Internet, mais c’est pas toujours légalement OK, et surtout, ça n’a pas votre empreinte perso, c’est pas *votre* image. Parfois aussi, par exemple quand on cause d’une sortie ciné, on ne peut pas trop faire autrement que de glaner des affiches, des images promotionnelles (à moins que t’aies vachement de chance et que t’aies les acteurs sous la main)…
On va donc parler des cas où vous avez l’objet, quel qu’il soit, entre les mains.

J’ai eu envie de faire cet article après mes quelques premières chroniques de livres. La photo est ma passion, je tenais même un blog sur le sujet,  il me paraissait donc tout à fait évident, lorsque possible, d’utiliser mes connaissances et mes petits trucs pour ajouter ce côté visuel à Papotarium. Cependant, je me suis rendu compte très vite qu’il était parfois difficile de faire original. Voici donc quelques astuces que je vous propose à la volée et qui, j’espère, vous inspireront!

1- Faites autant attention à l’arrière-plan et à la composition qu’à votre sujet

 Parfois, quand je prends des photos pour montrer mes récentes acquisitions à mes potos sur Facebook, ça ressemble à ça:

Et voilà, c’est moche. C’est juste pour montrer, donc je fous le tout en vrac sur la table ou sur mes GENOUX, je fais juste en sorte que l’objet soit visible et voilà. TU NE VEUX PAS DE CA SUR TON BLOG. NONONON. Alors qu’est-ce qui ne va pas dans ces photos? (Vous avez quatre heures)

Sur la première:
  • Un bout du livre est coupé, tu sais pas pourquoi
  • ON VOIT MES JAMBES TU SAIS PAS POURQUOI
  • GENRE J’AI PAS FAIT L’EFFORT DE ME LEVER NI RIEN #YOLO
  • Aussi, un joli bout de plaid à ma droite
  • Le sol, les motifs du plaid, de ma robe, de mes collants, bordel visuel
Sur la deuxième:
  • J’ai littéralement étalé les boîtiers de jeu sur la table
  • Sur une nappe FROISSÉE avec des couleurs qui clashent tellement qu’elles volent la vedette aux jeux eux-mêmes
  • Les chaises qui viennent faire coucou
  • L’angle de prise de vue j’en parle même pas

…Et bien d’autres choses encore! Alors là, je t’entends me dire « oui ben on voit bien, merci, on est pas stupides, tu nous prends pas un peu pour des jambons, là? En plus c’est des photos à l’arrache prises pour Facebook »
Oui, mais voyez-vous, parfois il est nécessaire de prendre des exemples extrêmes ainsi que de *dire* ce qui semble pourtant évident.

Alors les règles de la composition en photo, c’est pas simple et c’est certainement pas dans mon petit article que je vais toutes vous les apprendre, déjà parce qu’inconsciemment vous en connaissez déjà plein (il faut que ton sujet se détache de l’arrière-plan! Sans déc, frère) mais si besoin est, je pourrai vous faire un article avec une foule de liens à ce propos. Le but ici n’est que de rappeler la base de la base, car même si ça paraît con, on l’oublie souvent: un arrière-plan harmonieux, contrastant avec votre sujet sans lui voler la vedette (genre un truc blanc sur fond blanc, ça peut être sympa si c’est bien géré mais ça peut surtout être ultra pas lisible), et surtout, TOUJOURS VÉRIFIER s’il n’y a pas un élément inopportun dans le cadre (bouts de chaises qui dépassent, vieil emballage qui traînasse au loin…)

Hollow City - Miss Peregrine et les enfants particuliers - Papotarium
Dans le doute, utilisez un fond dédié, comme j’ai fait là. Un joli bout de tissu, par exemple. Notez le contraste entre le noir & blanc des livres et les couleurs de l’arrière-plan.

2- Ajoutez des objets en rapport avec le thème

Cette astuce-là est vraiment bête comme chou, et donne pourtant des résultats sympa! Parfois, prendre en photo un objet, surtout s’il n’est pas volumineux, ça laisse plein d’espace vide dont on ne sait quoi foutre, et puis à force, ça peut donner des photos ennuyeuses comme la mort. La solution, si c’est un objet que vous avez en pas mal d’exemplaires, c’est de prendre une photo de groupe avec ses potes!
Par exemple, admettons que vous faites une review d’un nouveau rouge à lèvres. Si vous en avez un tas, vous pouvez les aligner derrière votre petit nouveau, qui se tiendra fièrement au premier plan d’une armée de tubes prêts à en découdre avec l’ennemi. (Je vous jure que je ne prends rien d’illégal.) Si vous avez fait plusieurs achats sur le même thème dans la journée, idem: arrangez-les joliment (genre, un bordel savamment entassé qui fait style « j’ai vidé mon sac et pouf, photo », mais que vous aurez en fait minutieusement disposé).
Si vous prenez en photo un livre faisant partie d’une série, conviez la saga entière au cliché (comme pour la photo au-dessus, encore une fois!)

Papotarium - Conseils photo blog
Un bouquin à l’allure vintage comme Miss Peregrine m’a donné envie de le photographier parmi mes vrais bouquins vintage!

3- Prenez une photo de l’objet dans son contexte

L’objet que vous venez d’acquérir et dont vous parlez sur votre blog va, ensuite, être rangé (sauf si vous êtes de gros bordéliques qui laissent tout traîner, et là désolée mais je ne peux rien pour vous. Je suis bordélique aussi, alors comptez pas sur moi pour venir ranger votre saint-frusquin). Le livre ira dans votre bibliothèque ou sur votre table de nuit, le sèche-cheveux dans la salle de bains, la boîte de votre nouveau jeu vidéo, quelque part près de la console… Eh ben pourquoi ne pas les suivre discrètement pour tenter de les photographier dans leur habitat naturel, tels les reporters du National Geographic en herbe que vous êtes? Contextualiser ainsi l’objet, c’est le mettre en situation, raconter une histoire, montrer que vous l’utilisez, qu’il fait désormais partie de votre quotidien.
A éviter pour les trucs que vous avez trouvés merdiques, parce que franchement, à quoi bon montrer ce livre que vous avez détesté en train de trôner fièrement dans votre bibliothèque?

Bibliothèque - Jonathan Strange & Mr Norrell - Susanna Clarke - Poche - VO
Voilà, on parle encore bouquins, hein, désolée, mais c’est pour vous montrer un peu un exemple de ce que ça peut donner.
4- Gardez en tête l’ambiance et le code couleur de votre blog pour une certaine cohérence

J’ai voulu que l’ambiance de mon blog renvoie une image un peu rétro, poussiéreuse mais cosy, toute poudrée et relax, avec un côté légèrement fantaisiste et farfelu. Du coup, j’essaie de garder la même ambiance dans mes illustrations. J’applique notamment un filtre légèrement matifiant/vintage à toutes mes images, avec une légère touche de rose. Cela se voit peu, mais ça aide énormément lesdites images à se fondre avec le reste. J’essaie de prendre mes photos de manière à prolonger cet effet, d’où l’utilisation de mes vieux bouquins comme accessoires, de tissus avec motifs floraux en toiles de fond…
Le but, c’est vraiment d’apporter une cohérence à l’ensemble. Si votre blog a une dominante bleue, essayez de trouver un fond dans des tons similaires ou s’accordant bien avec. (Adobe Kuler est votre ami) Attention aussi à l’ambiance générale. Genre si vous tenez un blog à l’ambiance moderne et épurée, tentez de rendre vos clichés tout aussi épurés. Si vous êtes en manque d’idées, Pinterest est un outil génial. Servez-vous en pour monter des petits tableaux à thèmes: par couleur, par ambiance… Cela peut vous aider à y voir plus clair quant à l’esthétique que vous souhaitez pour votre blog et vos illustrations!

5- Utilisez ce que vous avez chez vous (lampes, draps….)

Il n’y a pas besoin d’un matos de malade pour faire des photos sympa. JUSTE, NON.
Dans mon ancien blog, j’ai écrit pas mal d’articles pour tenter de le démontrer. Bien souvent, avec ce que vous avez sous la main, vous pouvez vous débrouiller pour créer des images absolument épatantes. Si vous avez lu mon article sur mon livre préféré du monde entier et de l’univers, vous vous rappelez certainement de ça:

Comment vous dire que j’ai réalisé ces photos avec ça:

IMG_0116.jpg

C’est ça. Deux lampes, une table basse en verre et du papier alu. (le bordel sur le canapé à côté est facultatif, et pour le carton qui traîne au fond, demandez à mon chat). J’explique tous les détails ici. Rien que niveau éclairage, si vous avez des lampes de chevet, des bougies ou autres, ça peut faire des choses cool. N’importe lequel de vos objets de déco peut faire une apparition qui habillera un peu la photo. N’importe quel bout de tissu un peu joli, ou avec un motif intéressant, fera un fond sympa pour de petits objets. Oui, même si c’est un de vos vêtements.  N’hésitez pas, encore une fois, à regarder du côté de Pinterest: il y a souvent une foule de tutos réalisables avec trois bouts de ficelle. Faites fonctionner votre imagination!

6- Osez l’improbable!

Surtout, ne vous contentez pas d’un seul angle, d’une seule idée: quand vous pensez avoir terminé, continuez! Prenez votre objet en photo sous toutes les coutures: vu d’en haut, de derrière, en action quand c’est possible (un stylo en train d’écrire, votre tube de rouge à lèvres de tout à l’heure en pleine application…) Posez votre sujet à un tas d’endroits différent, faites confiance à la moindre idée qui vous effleure le cerveau, prenez même des photos dont vous doutez qu’elles rendront quelque chose de correct, bref, lâchez-vous!
Essayez d’emmener votre objet en balade avec vous et prenez-le en photo dehors, dans votre jardin parmi les brins d’herbe, en équilibre sur un muret pour un côté plus urbain…
En bref, offrez un véritable shooting à cette chose qui en vaut bien la peine, puisque vous lui avez, après tout, réservé une chronique de blog! Prenez votre temps et prenez un tas de photos, ça vous laissera davantage de choix!
Si vous êtes habiles de vos mains et que vous versez dans les loisirs créatifs, ça peut être une occasion intéressante de faire d’une pierre deux coups: vous pouvez fabriquer des petites décos, scrapbooker (ça se dit?) un arrière-plan sympa, peindre ou dessiner de petites illustrations qui viendront s’incruster dans vos clichés… Fixez-vous une règle d’or: si une idée vous vient à l’esprit, vous DEVEZ l’essayer.

7 – Ne boudez pas la retouche!
img_9978
#yesfilter

 Alors, là on va entrer dans un sujet sensible pour moi, car je ne SUPPORTE PAS les gens qui se vantent de ne pas retoucher leurs images, genre la retouche cépabien, #nofilter, olala. Vous savez, les professionnels retouchent leurs photos. Bien sûr, ils ont aussi leur matos et leurs connaissances qui font que leurs photos de base sont déjà super classes. Mais retoucher une photo n’a JAMAIS et ne fera JAMAIS de vous un(e) tricheur(se) ou quoi que ce soit d’autre. Cela ne revient pas à dire que vous devez ajouter une tonne d’effets à la truelle, juste que c’est quelque chose à considérer très sérieusement pour donner votre style à vos images, les rendre plus conformes à votre vision. Comme je l’ai dit un peu plus haut, j’apporte (via Lightroom) outre les obligatoires ajustements de contraste, luminosité et tout le tintouin, un petit filtre de ma création donnant un effet un peu mat et rosé à mes images. On appelle ça un preset, dans ce logiciel. MAIS EN GROS, C’EST UN PUTAIN DE FILTRE. Je l’ai créé spécialement, et c’est devenu ma marque de fabrique pour ce blog. Eh oui, retoucher ne veut pas dire dénaturer l’image, y ajouter de gros effets qui changent totalement la photo, amincir des gens ou faire des montages hideux. Il existe des tas de logiciels et de sites web, payants ou gratuits, qui vous permettent de faire ça aisément. Dans un précédent article, je parlais de Pixlr : une solution accessible et gratuite pour vous essayer à tout ça. La seule chose un peu difficile, c’est de savoir se modérer. Mais vraiment, une petite retouche, ça peut faire un monde de différence.

8 – Recherchez l’inspiration partout!
papotarium - détail - rouages
En feuilletant un de mes bouquins, je suis tombée sur ce détail d’une illustration. L’esthétique m’a plu. Du coup, photo!

Je vous en parlais plus haut mais j’ai vraiment envie de revenir sur ce point: ça peut paraître fastidieux et chronophage (spoiler alert: ça l’est parfois), mais il peut en résulter de véritables miracles. Moi-même, par exemple, je ne cesse jamais de partir à la recherche d’inspiration, de tutos, de petites choses à essayer… Et ça se passe partout, et tout le temps. Armez-vous d’un carnet de notes que vous trimballerez tout le temps (vous le faites peut-être déjà pour vos idées d’articles? Faites-le dorénavant aussi pour vos photos!), car vous le savez certainement, mais l’inspiration peut surgir n’importe où. De même, votre smartphone est votre meilleur ami: vous pourrez prendre des photos qui constitueront des sortes de « notes visuelles ». Une vitrine joliment mise en place, une combinaison de couleurs, une affiche dont l’ambiance ou les polices d’écriture vous plaisent… Vous devez garder trace de tout ce qui attire votre attention, quitte à analyser après coup, et pas dans l’instant, ce qui vous a plu. Quand vous le pouvez, organisez tout ça dans des dossiers ou mettez-le en ligne dans votre Pinterest (je ne touche pas d’argent pour mentionner ce site de façon répétitive, je vous jure, il est juste top). Ça s’avèrera certainement parfois frustrant, car vous n’en verrez pas forcément l’utilité tout de suite, mais sur le long terme, vous vous cultiverez une véritable boîte à idées qui peut vraiment vous dépanner en cas de manque d’inspiration.

9- RAPPROCHEZ-VOUS!
« Si vos photos ne sont pas assez bonnes, c’est que vous n’êtes pas assez près. »
-Robert Capa
papotarium - photo - détail
Se rapprocher de son sujet permet de capter une foule de détails.

C’est un point un peu plus court que j’aurais pu inclure dans le chapitre sur la composition, mais je l’ai trouvé digne d’être mis en exergue au fil de mes consultations de divers blogs. Beaucoup de blogueur(se)s semblent presque effrayés de s’approcher de leurs sujets! C’est pourtant une façon formidable d’accomplir deux choses en une:

La première, c’est tout bêtement de mettre en valeur les détails d’un produit: les pigments d’un fard, la texture d’un tissu, le niveau de précision de la peinture d’une figurine… Bref, permettre à votre lectorat d’avoir un ressenti plus poussé du produit, plus complet.
La deuxième, c’est la variété: on peut choisir tous les angles qu’on veut, au bout d’un moment, on aura pris le produit sous toutes ses coutures, et c’est parfois un peu redondant. En s’approchant, on montre non seulement une autre facette du produit mais aussi un autre type d’image. Une variété fort bienvenue lorsqu’on illustre un article un peu long!

 10 APN vs Smartphone: que choisir?
reflex- papotarium
Ceux-ci, c’est pour la collec’, hein. En vrai, je me sers d’un reflex numérique 🙂

Au vu des performances plus qu’honorables qu’offrent désormais les smartphones, nombreux sont les gens qui se servent de ceux-ci pour les photos de leurs blogs. Un seul appareil sur lequel on peut prendre la photo, la retravailler, puis rédiger son article de blog et le publier… C’est vrai que c’est commode, rapide, tout ce qu’on veut. Et les gains de temps ne sont pas à négliger pour tous les blogueurs(es) qui ne vivent pas de ça, par exemple.

Rien que de trouver un peu de temps pour écrire peut s’avérer compliqué.
Bloquer un créneau pour sortir l’appareil photo, quand on en a un, et mettre en place une séance complète, c’est pas forcément de la tarte. Je conçois. Mais si vous AVEZ un appareil photo en plus de votre téléphone, et que vous disposez du temps nécessaire, privilégiez l’appareil! Le capteur de votre smartphone, si récent soit-il, n’est pas encore prêt d’arriver au niveau de celui d’un appareil photo. SURTOUT si vous avez un reflex. Vous bénéficierez d’une meilleure gestion des basses lumières, d’une meilleure résolution, de réglages plus poussés, de la possibilité de flouter votre arrière-plan… Tout dépend de l’importance que vous pouvez et voulez donner à la pratique de la photographie!

Bilan

 Comme vous pouvez le voir, j’ai pensé cet article comme un guide accessible à tous, quel que soit le niveau de connaissance technique. Donner des pistes à ceux et celles qui, comme moi, se retrouvent parfois en manque d’inspiration pour pondre des images un tant soit peu originales. Mon but n’est pas de proposer un cours de photo, car ce blog n’est pas dédié à la photographie; il existe des tonnes de sites excellents spécialisés, dont Apprendre La Photo, que je recommande chaudement pour ceux qui souhaitent aller plus loin. J’espère sincèrement que cette petite liste d’idées vous aidera à booster votre créativité. Je vais à présent m’atteler à ma prochaine lecture, et en attendant le prochain article, je tiens à vous souhaiter un agréable week-end!

Bien Cordialement, BISOUS ❤